Activités

/Activités
Activités2020-08-12T14:42:35+00:00
La chasse au trésor est ouverte

Chasse aux trésors

À l’abordage moussaillons!
Découvrez de façon ludique les trésors de notre nouvelle exposition sur les pirates et corsaires et complétez l’épreuve ultime de la piraterie. Une belle activité à faire en famille!

EN SAVOIR PLUS

Entrée gratuite pour tous durant le mois d’août

Démonstrations d’archéologie expérimentale
Samedis 1er et 15 août, de 13 h à 16 h 
(démonstrations en continu à l’extérieur) *
Apprenez-en davantage sur des projets de recherche du Musée et participez au processus en proposant vos propres hypothèses. Puis, assistez aux expérimentations de notre archéologue lors de ces démonstrations et discutez avec lui de vos hypothèses. *

En cas de pluie, les démonstrations seront reportées au dimanche suivant (2 et 16 août). La réservation n’est pas obligatoire pour ces activités, mais nous vous recommandons de réserver votre visite de l’exposition pour respecter les règles de distanciation.

Ce projet d’archéologie expérimentale publique porte sur les pointes de flèche utilisées avant la colonisation par les populations autochtones. Deux types de pointes seront fabriqués et leur efficacité sera testée par une expérience de tir à l’arc. L’objectif est de découvrir pourquoi les pointes d’ici étaient surtout fabriquées en os plutôt qu’en pierre.

Problématique

Avant l’arrivée des Européens et l’introduction des armes à feu, les Autochtones du nord-est de l’Amérique du Nord utilisaient principalement l’arc et la flèche pour chasser le gros gibier et combattre. Chez la plupart des peuples iroquoiens, notamment les Hurons et les nations iroquoises, les flèches étaient généralement dotées d’une pointe en pierre finement taillée.

Chez les Iroquoiens du Saint-Laurent, c’est plutôt les pointes en os qui avaient la cote. Plusieurs spécialistes se sont demandé pourquoi. Certains ont soulevé que les pierres pouvant servir à fabriquer des pointes (chert, jaspe, etc.) sont rares et que leurs sources sont localisées en dehors du territoire des Iroquoiens du Saint-Laurent. Il se peut donc que ces derniers aient entretenu des relations tendues avec leurs voisins et n’aient pas eu accès à des pierres de qualité, ce qui les aurait amenés à utiliser l’os pour fabriquer leurs pointes de flèche.

Pour certains experts, ces pointes seraient moins efficaces que celles en pierre, ce qui aurait désavantagé les Iroquoiens du Saint-Laurent dans leurs guerres avec les autres nations autochtones et pourrait avoir contribué à leur dispersion vers les années 1570. Si cette théorie est intéressante, il reste qu’elle repose sur une supposition. Ainsi, l’efficacité des pointes en os versus celles en pierre n’a pas encore été testée de manière scientifique. C’est ce que nous proposons de faire à l’aide de reproductions de flèches iroquoiennes, certaines dotées d’une pointe en os et d’autres d’une pointe en pierre taillée.

 

Hypothèses :

H1 – Les pointes en pierre taillée sont plus efficaces que les pointes en os

H2 – Les pointes en os sont plus efficaces que les pointes en pierre taillée

H3 – Les pointes en os sont tout aussi efficaces que les pointes en pierre taillée

H4 – Les pointes en os et les pointes en pierre taillée sont plus ou moins efficaces selon leur contexte d’utilisation, chacune ayant ses forces et ses faiblesses

Proposez vos propres hypothèses 

 

Expérimentation (méthodologie) – Assistez à la démonstration du 1er août

Cette expérience comprendra un échantillon de huit flèches fabriquées selon les traditions iroquoiennes anciennes. Quatre seront équipées de pointes en os biseauté et quatre autres de pointes triangulaires en pierre taillée. Elles seront fabriquées à partir de matériaux accessibles aux Iroquoiens du Saint-Laurent, soit le chert et les os longs de mammifères.

Leur fabrication suivra les normes de l’époque et leurs formes refléteront celles que l’on retrouve dans les collections archéologiques du sud du Québec, plus particulièrement celles du Musée d’archéologie de Roussillon. La moitié des flèches seront fixées au bout de leur flèche avec de la colle animale et l’autre à l’aide de tendon et de résine de pin fondue.

Les huit flèches seront ensuite tirées plusieurs fois sur des cibles à l’aide d’une reproduction d’arc iroquoien, à une portée de 10 mètres. Une des cibles sera faite de plusieurs épaisseurs de mousse, ce qui permettra de mesurer plusieurs critères d’efficacité liés à la chasse (profondeur et largeur des cavités, tendance au détachement et solidité de la pointe). L’autre comprendra des épaisseurs de mousse recouvertes d’une mince couche de bois tendre, ce qui permettra d’évaluer l’efficacité des deux types de pointes contre les armures faites de bois que portaient anciennement les Iroquoiens lorsqu’ils allaient à la guerre.

Les données recueillies seront compilées et comparées afin de vérifier laquelle des quatre hypothèses est la plus plausible.

Pointe iroquoienne en pierre taillée, type Levanna Site BiFk-05 (Île Saint-Bernard, Châteauguay)

Reproduction de flèche iroquoienne, portion de l’empennage

Reproduction de flèche iroquoienne, portion de l’armature

Guerriers iroquoiens en armure et/ou portant un bouclier, avant 1620 Peinture de David Rickman, ministère de la Défense nationale du Canada

Ce projet d’archéologie expérimentale publique porte sur les pierres à fusil modifiées que l’on retrouve dans les collections provenant de sites de l’époque de la Nouvelle-France. Plusieurs seront reproduites et leur efficacité sera testée pour diverses tâches. L’objectif est de découvrir si ces objets de forme atypique sont des outils fabriqués par des Autochtones comme à la Préhistoire.

Problématique :

Les collections du Musée comprennent plusieurs centaines de pierres à fusil en silex. Ces objets faisaient partie du mécanisme d’armes à feu des années 1630 à 1840. Curieusement, plusieurs d’entre elles ont des formes rappelant celles d’outils préhistoriques (grattoirs, racloir concave, perçoirs, etc.). Plusieurs chercheurs ont proposé qu’il s’agisse d’outils fabriqués par des Autochtones à partir de pierres à fusil européennes.

Ce phénomène de récupération a été observé ailleurs dans le monde, notamment en Australie et en Afrique, où il a été documenté de manière ethnographique et historique. Ainsi, avant que ces populations aient eu accès de manière importante aux produits européens en métal (couteaux, haches, alènes, etc.), elles auraient récupéré des objets abandonnés par les colonisateurs et les auraient transformées suivant les formes d’outils qu’elles connaissaient, soit celles de la Préhistoire.

Si séduisante que soit cette théorie, il reste qu’elle n’a jamais été documentée par des observateurs européens dans l’est de l’Amérique du Nord à l’époque de la Nouvelle-France. Elle n’a aussi jamais fait l’objet d’une étude comprenant une analyse scientifique de la fonction de ces objets. De plus, il est possible que les modifications observées ne soient pas intentionnelles, mais plutôt le fait de l’usure de la pierre à fusil dans le cadre de son utilisation dans le mécanisme d’une arme à feu ou comme certains chercheurs l’ont soulevé, comme briquet.

Ainsi, on utilisait à la même époque des battes-feu en acier qui, lorsque frappés contre le tranchant d’un morceau de silex, produisaient des étincelles permettant d’allumer un feu. Comme le batte-feu est fait d’une pièce d’acier étroite, les coups répétés sur le tranchant d’une pierre à fusil pourraient avoir produit les encoches et autres modifications que l’on retrouve sur certaines pierres à fusil retrouvées en contexte archéologique. Cela dit, cette hypothèse, comme la précédente, n’a pas encore été testée de manière scientifique. C’est ce que nous proposons de faire dans le cadre de ce projet à l’aide de reproductions de pierres à fusil modifiées en silex.

Hypothèses :

H1 – Les modifications résultent de l’utilisation dans le mécanisme d’une arme à feu

H2 – Les modifications résultent de l’utilisation comme briquet

H3 – Les modifications sont intentionnelles, les formes observées étant efficaces pour accomplir diverses tâches associées aux types préhistoriques analogues

H4 – Les modifications peuvent résulter à la fois de l’utilisation dans le mécanisme d’une arme à feu et comme briquet

H5 – Les modifications peuvent résulter à la fois de l’utilisation dans le mécanisme d’une arme à feu et comme briquet, mais pourraient aussi avoir été intentionnelles

Proposez vos propres hypothèses

Expérimentation (méthodologie) – Assistez à la démonstration du 15 août

Cette expérience comprendra un échantillon de neuf pierres à fusil fabriquées à partir d’un éclat de silex blond européen, suivant les méthodes utilisées à l’époque de la Nouvelle-France et les attributs morphologiques des spécimens que l’on retrouve dans les collections archéologiques du sud du Québec, plus particulièrement celles du Musée d’archéologie de Roussillon.

Quatre seront laissées intactes, dont deux pour être utilisées dans un fusil à silex et les deux autres pour servir de briquet. Deux autres seront aménagées pour prendre la forme d’un racloir concave et servir à racler chacun une tige de bois et une tige d’os. Encore deux autres seront transformés en perçoirs et serviront à perforer de l’écorce de bouleau et du cuir brut. Une dernière sera taillée pour prendre la forme d’un grattoir et servir à gratter de la peau sèche.

Toutes seront utilisées jusqu’à ce qu’elles soient assez usées et/ou modifiées pour être inutilisables ou, du moins, présenter une usure reflétant une utilisation intense (20 tirs, 60 coups pour le briquet, 45 minutes pour les autres).

Les données recueillies sur les modifications observées et l’efficacité de chaque pierre modifiée seront compilées et comparées afin de vérifier laquelle des cinq hypothèses est la plus plausible.

Pierre à fusil modifiée, type racloir concave, site BiFi-10 (La Prairie)

Pierre à fusil non modifiée, site BiFi-12 (Vieux La Prairie)

Pierre à fusil modifiée, type perçoir, site BiFi-31 (Vieux La Prairie)

Pierre à fusil modifiée, type grattoir, site BiFi-15 (Vieux La Prairie)

Inspection de spécimens archéologiques

Réservez votre visite

En tout temps lors de votre visite

Les activités sont incluses dans le prix d’entrée.

Visite commentée

Visite commentée

Laissez-nous vous révéler la richesse du patrimoine archéologique de la région!

Simulation de fouilles

Simulation de fouilles archéologiques

5 ans et +

Glissez-vous dans la peau d’un archéologue et vivez toutes les étapes de la recherche archéologique.

Coffre à outils de la préhistoire

Coffre à outils de la préhistoire

Manipulez des outils préhistoriques et découvrez toute l’ingéniosité des peuples autochtones.

Fête d’enfant

Envie d’un anniversaire qui sort de l’ordinaire?
Le Musée a tout ce qu’il faut pour organiser une fête d’enfants qui passera à l’histoire : simulation de fouilles archéologiques, ateliers de création pour tous les goûts et salle privée pour échanger cadeaux, fous rires et souvenirs inoubliables!

Nouveau! Le Musée à la maison
Nos guides-animateurs prennent la route et vous offrent des animations originales pour une fête réussie à la maison!

Accompagnés d’un animateur d’expérience, le fêté et ses amis pourront partir à la découverte du passé grâce à nos animateurs chevronnés!

ANIMATION (durée : 1 h 30)
Activité de simulation de fouilles archéologiques et un choix d’atelier de création: le savoir-faire traditionnel de la poterie, la création d’objets uniques à l’aide de perles, ou la fabrication traditionnelle de poupées de maïs.

PÉRIODE LIBRE (durée : 1 h 30 maximum)
Le fêté, les parents et les amis ont accès à une salle privée pour la dégustation du gâteau et l’échange des cadeaux. Les parents sont responsables d’apporter le gâteau, mais le Musée offre la possibilité de préparer des sacs-surprises thématiques pour chaque invité.

TARIF
135 $ (taxes en sus) – 8 enfants et 1 adulte
10 $ par enfant supplémentaire (12 enfants maximum)
Coût optionnel pour sacs-surprises, informez-vous!

NOUVEAU! Le Musée à la maison
Voir la fiche complète et faire une réservation

RÉSERVATION ET INFORMATION

  • Réservation au minimum deux semaines avant l’événement.
  • Un dépôt non remboursable de 40 $ est exigé lors de la réservation. Le solde peut être acquitté le jour même de l’événement.

Réservez dès maintenant ou par téléphone au 450 984-1066

Politique d’annulation
Le dépôt pour la réservation n’est pas remboursable.

  • La présence d’un adulte est requise tout au long de l’événement.
  • Les chandelles, bougies, feux de Bengale, etc. sont interdits.
  • Les couverts et les ustensiles sont fournis.
  • Un réfrigérateur et un four à micro-ondes sont accessibles dans la salle de fête.
  • Prévoyez des jeux et des activités pour la période libre.
  • Les parents sont priés d’arriver 15 minutes avant le début de la fête pour faire l’accueil des invités.
  • Il est possible de personnaliser la décoration en apportant vos propres éléments de décor. Veuillez en aviser le personnel et prévoir du temps pour l’installation.
Réservez dès maintenant

Club des apprentis archéologues

Parce que l’archéo, c’est cool!
Le Musée d’archéologie de Roussillon invite les jeunes de 8 à 12 ans à découvrir le monde passionnant de l’archéologie, de l’histoire et des sciences à travers les activités du Club des apprentis archéologues! Adhérer au club, c’est découvrir des civilisations millénaires d’ici et d’ailleurs grâce à l’archéologie expérimentale, à la manipulation d’outils anciens et à l’analyse d’artefacts!

SESSION AUTOMNE 2020 | 3 octobre au 21 novembre

Chaque semaine, ils vivront diverses activités :

  • Atelier de poterie
  • Fabrication d’outils en pierre
  • Fabrication d’une javeline à propulseur
  • Allumage d’un feu sans allumette
  • Et bien plus encore!

HORAIRE
Tous les samedis, du 3 octobre au 21 novembre 2020, de 10 h à 11 h 30

TARIF
110 $ par enfant (taxes en sus)

INSCRIPTION ET INFORMATION
Vous pouvez réserver en ligne ou par téléphone. Pour de plus amples informations : 450 984-1066

POLITIQUE D’ANNULATION
Si l’annulation est effectuée avant le début des cours, le montant de l’inscription est remboursé à 100 %.

Après le début du cours, le remboursement se fera selon les termes de la Loi sur la protection du consommateur. Les frais suivants ne seront pas remboursés :

  • Le coût des cours déjà suivis (13,75 $/séance).
  • Pénalité correspondant au plus petit des montants suivants : 50 $ ou 10 % du prix des cours qui n’ont pas encore été donnés (pénalité prévue par la loi).

LES AVANTAGES DU CLUB
L’enfant recevra un chandail aux couleurs du Club ainsi qu’une carte de membre qui lui donnera accès gratuitement au Musée.

Inscription au Club

Invitez le Musée à la maison!
Nous nous déplaçons pour vous faire vivre l’expérience du Musée chez vous. Fouillez le passé ou chassez le mammouth avec nos guides pour une animation nomade originale, ludique et éducative.

Nos guides-animateurs prennent la route et vous offrent des animations originales pour une fête réussie à la maison!

ANIMATION
Nos activités durent entre 1 h et 2 h selon l’animation choisie:

BROCHURE COMPLÈTE
Vous pouvez consulter la brochure complète concernant les activités nomades!

RÉSERVATION ET INFORMATION

  • Réservation au minimum deux semaines avant l’événement.
  • Un dépôt non remboursable de 40 $ est exigé lors de la réservation. Le solde peut être acquitté le jour même de l’événement.

Réservez dès maintenant ou par téléphone au 450 984-1066

Politique d’annulation
Le dépôt pour la réservation n’est pas remboursable.

  • La présence d’un adulte est requise tout au long de l’événement.
Brochure complète des activités nomades!
Réservez dès maintenant